ALECC

Association for Literature, Environment, and Culture in Canada / Association pour la littérature, l'environnement et la culture au Canada

Appels


Les appels sont affichés en fonction de la proximité des dates limites et ne seront pas traduits. Pour ajouter votre appel ici, veuillez nous contacter.

The Goose: A Journal of Arts, Environment, and Culture in Canada, numéro spécial

Que ce soit sur les pancartes dans les manifestations, dans les chansons, sur Internet et les réseaux sociaux, en poésie et dans les romans, dans les témoignages de vie et les articles engagés, force est de constater que les arts et l’activisme environnemental vont de pair. Tandis que les chercheurs et les activistes font la critique des arguments colonialistes, capitalistes, racistes, sexistes et capacitifs en faveur des barrages, des pipelines, des murs frontaliers, de la gentrification et des politiques environnementales néo-libérales, les activistes dans le domaine des arts jouent un rôle essentiel dans la définition spirituelle, émotionnelle et intellectuelle du combat pour la justice environnementale.

Dans Slow Violence and the Environmentalism of the Poor (5), Rob Nixon souligne le rôle de l’écrivain-activiste environnemental à travers son travail de représentation et d’articulation des inquiétudes concernant les communautés marginalisées; cependant, les pratiques des activistes dans le domaine des arts sont tout aussi complexes, notamment parce qu’elles négocient entre politiques de représentation, performance, marchandisation, notoriété et connivence.

Pour ce numéro spécial, la revue The Goose sollicite les articles de création et les critiques d’artistes, d’activistes et de chercheurs qui aborderaient tout aspect de l’activisme environnemental dans le domaine des arts. Voici une liste non exhaustive de pistes de réflexion :

  • Les arts visuels, la poésie et la prose, le récit, l’artisanat, la gravure, les affiches, les arts numériques, la danse, la musique, les enregistrements vidéo ou audio, le land art
  • Le rapport entre art activiste et capitalisme
  • La critique de la notoriété, de la culture des prix, du statut de célébrité
  • Les médias sociaux, la technologie, le numérique
  • Le rôle et le statut des artistes au sein des communautés et des mouvements de justice sociale
  • L’art et l’activisme, l’art comme forme d’activisme, les pratiques artistiques et la vie quotidienne
  • L’écocritique dans le domaine des arts et la théorie de l’art
  • Les traditions et innovations dans les médias, le format, le genre et les techniques de l’activisme environnemental

Date limite et soumission:
La date limite pour les soumissions est le 7 janvier 2019. Les contributions devront respecter les normes stylistiques de la revue The Goose (http://scholars.wlu.ca/thegoose/styleguide.html) et être soumises directement sur sa plateforme en ligne (http://scholars.wlu.ca/thegoose/). The Goose, la revue de l’ALECC (l’Association pour la Littérature, l’Environnement et la Culture au Canada), est publiée deux fois par an. Cette revue en libre accès vise à promouvoir la distribution et l’étude de la littérature et des arts environnementaux, de l’écocritique, des théories et des études culturelles dans le domaine de l’environnement au Canada. The Goose est à la recherche de contributions académiques ainsi que d’écrits de création, de fictions, de poèmes, de photographies, d’essais littéraires et photographiques, d’arts visuels et multimédias, d’entretiens et de comptes-rendus. Notre intérêt premier porte sur le contenu canadien, mais nous acceptons les contributions examinant des productions internationales.

Appel à contributions, numéro spécial : « Devenir environnemental : médias, logistique, et changement écologique. »

Synoptique appelle à des contributions pour son prochain numéro spécial, intitulé «Devenir environnemental : médias, logistique et changement écologique.» Ce numéro sera centré sur l’enchevêtrement croissant des économies mondiales d’extraction et de la circulation des médias. Le titre de ce numéro s’inspire de l’expression de Jennifer Gabrys (2016) qui décrit la façon dont les médias informatiques deviennent constitutifs de l’environnement lui-même, ainsi que de la formation des sujets qui l’habitent, plutôt que d’opérer avec cet environnement en toile de fond. Nous proposons d’étendre cet impératif aux façons distinctes (de l’informatique aux infrastructures, écrans, technologies de circulation, et différents modes de visualisation) dont les médias deviennent environnementaux, tout en restant attentifs à la façon dont ces relations émergentes entre humain et non-humain sont constamment reconfigurées, sinon naturalisées, par l’État, le marché mondial et d’autres projets idéologiques.

Pour de plus amples informations, veuillez cliquer ici

Vous pouvez consulter les appels précédents en cliquant ici.